Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

The Others / Les Autres
Lire le texte | Diaporama | Retour à la galerie

  • Pending / L'attente
  • I'll always follow you / Te suivre toujours
  • Dresses's breeze / Les robes de brise
  • Leaning on you / Penchée sur toi
  • Shade / L'ombre
  • Theo's Bridge / Le pont de Théo
  • Particles / Particules
  • Vanity / Vanité
  • Rendez-vous
  • Secrecy / Solitude
  • Derelict / Abandon
  • An afternoon / Un après-midi
  • Around myself / Autour de moi
  • The stranger / L'étranger
  • The escape / L'échappée
  • The other's eyes / Les yeux de l'autre
  • Reflection / Réflexion
  • Transparencies / Transparences
  • Gateway / La passerelle

  • Ensemble de 19 photographies

    Formats et techniques :
    Tirages Diasec H 80 X L 80 cm et H 40 X L 40 cm, contrecollés à froid colle neutre sur aluminium Dibond, et châssis aluminium.
    Edition limitée à cinq exemplaires chaque.

    "« Un royaume d’anges déchus ou sur le point de l’être, mais encore un royaume… » (James Agee). Le glissement de l’enfance à l’adolescence reste un passage secret, un temps suspendu complexe et fascinant. Mireille Loup nous livre des images presque fantomatiques, où les personnages mis en scène, expriment l’attente d’un devenir encore incertain.  Dans une période de la vie où le regard des autres permet le lien manifeste à l’existence, elles rendent merveilleusement compte de cet état de « presque somnolence » propre à l‘adolescence."

    Floriane Doury, commissaire d'exposition, sept. 2015.

    Mireille Loup montre ce temps suspendu qu’est l’adolescence. Trois personnages aux regards hypnotisés, corps en suspens, visages flous où l’œil du spectateur ne peut se fixer, semblent attendre leur heure entre le bain et le sofa.

    Une jeune fille (1) monte les marches d’une tourelle, des filets bleuâtres s’échappent des pierres et lui indiquent un chemin à suivre. On peut supposer qu’elle se piquera le doigt à la pointe d’un fuseau. Comme l’a si bien développé Bruno Bettelheim dans son livre « Psychanalyse des contes de fées (2)», Mireille Loup fait état de cette somnolence, de cette transparence en attente d’un devenir, où le regard des autres permet le lien manifeste avec l’existence.

    Des jeux d’aura, des fumées blanches accompagnent les personnages et relient à ces lieux déjà hors du temps un aspect surnaturel. Car dans le terme "les autres" se cache les notions d’étranger, de bizarre et l’on se souviendra du scénario du même titre de Alejandro Amenábar (3). La présence fantomatique est renforcée dans cette série photographique par la lumière indirecte et les tonalités laiteuses. Mireille Loup va jusqu’au contre jour le plus extrême que sa pratique photographique lui permet de maîtriser à la perfection. On repensera alors aux images blanches de sa série précédente Mem, où l’artiste a posé un voile devant l’objectif de son appareil.

    Là où les rêves adolescents s’étirent, Mireille Loup révèle un des aspects de la vie à reconsidérer.

    1 - On reconnaîtra l’Héroïne de la série Esquives, quelques années plus tard.
    2 - Robert Laffont éd., Paris, 1976
    3 - The others, film de Alejandro Amenábar, 2001

    The Others / Les Autres
    Lire le texte | Retour à la galerie

    Pending / L'attente
    Pending / L'attente
    I'll always follow you / Te suivre toujours
    I'll always follow you / Te suivre toujours
    Dresses's breeze / Les robes de brise
    Dresses's breeze / Les robes de brise
    Leaning on you / Penchée sur toi
    Leaning on you / Penchée sur toi
    Shade / L'ombre
    Shade / L'ombre
    Theo's Bridge / Le pont de Théo
    Theo's Bridge / Le pont de Théo
    Particles / Particules
    Particles / Particules
    Vanity / Vanité
    Vanity / Vanité
    Rendez-vous
    Rendez-vous
    Secrecy / Solitude
    Secrecy / Solitude
    Derelict / Abandon
    Derelict / Abandon
    An afternoon / Un après-midi
    An afternoon / Un après-midi
    Around myself / Autour de moi
    Around myself / Autour de moi
    The stranger / L'étranger
    The stranger / L'étranger
    The escape / L'échappée
    The escape / L'échappée
    The other's eyes / Les yeux de l'autre
    The other's eyes / Les yeux de l'autre
    Reflection / Réflexion
    Reflection / Réflexion
    Transparencies / Transparences
    Transparencies / Transparences
    Gateway / La passerelle
    Gateway / La passerelle

    Ensemble de 19 photographies

    Formats et techniques :
    Tirages Diasec H 80 X L 80 cm et H 40 X L 40 cm, contrecollés à froid colle neutre sur aluminium Dibond, et châssis aluminium.
    Edition limitée à cinq exemplaires chaque.

    "« Un royaume d’anges déchus ou sur le point de l’être, mais encore un royaume… » (James Agee). Le glissement de l’enfance à l’adolescence reste un passage secret, un temps suspendu complexe et fascinant. Mireille Loup nous livre des images presque fantomatiques, où les personnages mis en scène, expriment l’attente d’un devenir encore incertain.  Dans une période de la vie où le regard des autres permet le lien manifeste à l’existence, elles rendent merveilleusement compte de cet état de « presque somnolence » propre à l‘adolescence."

    Floriane Doury, commissaire d'exposition, sept. 2015.

    Mireille Loup montre ce temps suspendu qu’est l’adolescence. Trois personnages aux regards hypnotisés, corps en suspens, visages flous où l’œil du spectateur ne peut se fixer, semblent attendre leur heure entre le bain et le sofa.

    Une jeune fille (1) monte les marches d’une tourelle, des filets bleuâtres s’échappent des pierres et lui indiquent un chemin à suivre. On peut supposer qu’elle se piquera le doigt à la pointe d’un fuseau. Comme l’a si bien développé Bruno Bettelheim dans son livre « Psychanalyse des contes de fées (2)», Mireille Loup fait état de cette somnolence, de cette transparence en attente d’un devenir, où le regard des autres permet le lien manifeste avec l’existence.

    Des jeux d’aura, des fumées blanches accompagnent les personnages et relient à ces lieux déjà hors du temps un aspect surnaturel. Car dans le terme "les autres" se cache les notions d’étranger, de bizarre et l’on se souviendra du scénario du même titre de Alejandro Amenábar (3). La présence fantomatique est renforcée dans cette série photographique par la lumière indirecte et les tonalités laiteuses. Mireille Loup va jusqu’au contre jour le plus extrême que sa pratique photographique lui permet de maîtriser à la perfection. On repensera alors aux images blanches de sa série précédente Mem, où l’artiste a posé un voile devant l’objectif de son appareil.

    Là où les rêves adolescents s’étirent, Mireille Loup révèle un des aspects de la vie à reconsidérer.

    1 - On reconnaîtra l’Héroïne de la série Esquives, quelques années plus tard.
    2 - Robert Laffont éd., Paris, 1976
    3 - The others, film de Alejandro Amenábar, 2001